Quest/character design Un Pacte et des Lames

Svartalfar

Membre
Messages
152
Quête en deux parties où une chasse aux trésors mène à la redécouverte d'un artefact et le redéveloppement du culte de Boéthia. Une partie des dialogues sont déjà réalisés, ils apparaîtront dans la fiche de quête.
A lire : Reive, Maître des lames

Prérequis :
  • avoir fait la quête vanilla de Boéthia
  • Avoir Bloodmoon
Dramatis personae :
  • Vaves Giral, aventurier dunmer désabusé
  • Reive, lieutenant de Boéthia
Résumé :

Acte I : le Ciboire du Pacte
Au Cercle de la Craie noire de Vivec, ou autre auberge fréquentée de Suran ou Coeurébène, un vieux Dunmer noie sa lassitude dans l'alcool. Il s'agit de Vaves Giral, lointain parent du patron Raril (ou pas si on le place ailleurs). Vaves a passé plus de trente ans de sa vie à suivre la piste d'un aïeul, Sodres Giral, qui fit l'infortune de sa famille autrefois noble et prospère. Ce Sodres aurait en effet dilapidé la fortune familiale en bondieuseries légitimes, charlatanes voire hérétiques, avant de fuir les représailles en Bordeciel avec ce qui restait du trésor. Sa branche des Giral, ruinés, se serait dispersée par la suite, certains en Bordeciel, d'autres en Cyrodiil et d'autres enfin changeant d'allégeance ou de carrière en Morrowind. Un petit nombre décida de retrouver la trace de Sodres. Vaves est le dernier d'entre eux, et face à des années d'échec et confronté à une quête qui n'intéresse plus ses parents, il n'a plus la force de continuer.
Pourtant, il est celui qui est allé le plus loin, celui qui a failli réussir. Il a en effet retrouvé la trace de son aïeul et de son plus précieux trésor, le Ciboire du pacte, un artefact permettant de négocier avec Boéthia en personne (le seul prix à payer étant son propre sang) ! Mais c'est l'emplacement de la dernière demeure de Sodres qui l'a définitivement décidé à abandonner: Sodres a en effet coulé corps et bien avec le navire sur lequel il voyageait, la Suranaise, quelque part au nord de Solstheim.
C'est à vous de voir quoi faire à présent. Si vous proposez votre aide, une quête longue et frustrante vous attend. Une fois le ciboire en votre possession, vous pouvez le vendre, ce qui clorera la quête mais vous apportera un joli pécule. Si vous le rapportez à Vaves, celui-ci n'en croira pas ses yeux et vous remerciera chaleureusement, vous récompensant d'un modeste talisman et annonçant sa volonté de partir pour le domaine familial, dans l'espoir de le rebâtir. L'avenir en revanche, en décidera autrement.



Acte II : le Maître des Lames
Du temps passe. Vaves a disparu, et son parent Raril n'a pas de nouvelle de lui. Il note toutefois que son comportement avait changé depuis qu'il avait récupéré le Ciboire. Il semblait plus joyeux de prime abord, mais sa joie a laissé la place à une froide détermination. Puis quelques jours plus tard, il a disparu.
Vous retrouvez sa trace à la Pointe de Khartag, bien loin donc du continent. Vaves s'emploie en effet à dresser un autel dédié à Boéthia, argumentant que le Prince lui aurait parlé depuis votre dernière rencontre. Il vous demande d'être indulgent et de le laisser faire. Au bout d'une semaine où Vaves n'a pas perdu son temps, un petit autel et un cabanon se dressent à côté de la statue. Apparemment, Boéthia et lui auraient passé un pacte. Boéthia lui promet argent et renommée et en contrepartie Vaves l'aide à regarnir son culte. C'est là que vous intervenez à nouveau. Vaves veut une démonstration de force à même d'attirer à lui des guerriers prêts à se dévouer au Prince des Complots : il vous demande de lui apporter des ingrédients afin qu'il invoque un de ses lieutenants, Reive le maître des lames. En échange, ledit Reive pourra vous entraîner. Vous servirez tout deux d'exemples pour les futurs vénérateurs.
Quelques daedra tués et dépecés plus tard, vous avez les ingrédients du rituel, et Reive apparaît. Comme promis, il accepte de vous entraîner, mais selon ses propres termes : une séance par jour, avec un type d'arme déterminé à l'avance. Et si c'est à l'épée, Lamedor obligatoirement. Vous pourrez vous taper dessus pendant un temps, jusqu'à ce qu'il arrête la séance (vous gagnez automatiquement un nombre de points dans votre compétence d'arme choisie à déterminer ici. Entre 1 et 5 je dirais).
Avec le temps, trois recrues rejoindront le petit culte, et un temple refera son apparition.

Le but est ici une fin passive et progressive : A chaque entraînement, Reive vous parle, vous transmettant des informations sur le maniement des armes. Au bout de X entraînements, le premier changement arrive. et ainsi de suite, afin que le culte évolue seul, sans votre aide. Vous n'aurez plus rien à faire que de profiter des entraînements et pourquoi pas verser votre sang dans le ciboire en échange d'un buff temporaire (façon autels d'ALMSIVI). la "vraie" fin n'apparaîtra que lorsque Reive n'aura plus rien à vous enseigner. Il retournera alors en Oblivion.
Tout le monde est gagnant : Vaves amasse des sous, les guerriers gagnent des compétenses martiales, et le champion de Boéthia est un maître d'arme digne de Nérévar.
 

Nérévar42

Membre
Messages
582
J'aime beaucoup la première partie de la quête, qui a quelque chose de très McGuffin et pourtant respire l'aventure. Je suis plus embarrassé par la deuxième, notamment sur la fin. Je ne suis pas sûr de comprendre l'intérêt véritable que représente un entraînement avec un drémora pour le joueur. Quand bien même c'est un drémora stylé avec une skin unique (mais je vous préviens je ne sais pas faire ça), il y aura une espèce de flottement gênant, je pense, lors de ces séances avec Reive, comme si la quête n'avait jamais vraiment eu d'objectif, malgré l'apparition progressive des cultistes. Peut-être faudra-t-il songer à modifier la position de Reive vis-à-vis du joueur au fur et à mesure de l'avancement de la quête, en passant de mépris à respect (façon drémora quoi), et également penser à rendre les affrontements contre Reive de plus en plus difficiles ou spectaculaires, pour appuyer l'intérêt croissant de Boéthia pour nos prouesses guerrières.

Également, même si je dois paraître redondant de remettre encore ça sur le tapis, je n'en reviens toujours pas que Boéthia nous refile Lamedor après avoir seulement convaincu des Orques de toute façon complètement stupides de tailler un caillou géant pour en faire une statue hyper moche. Je suis sincèrement pour modifier le déroulé ou la récompense finale de la quête vanilla si on doit, par la suite, lui juxtaposer quelque chose de bien meilleure qualité d'écriture, au regard de ce que tu as réussi à nous offrir ici.
 

Svartalfar

Membre
Messages
152
Peut-être faudra-t-il songer à modifier la position de Reive vis-à-vis du joueur au fur et à mesure de l'avancement de la quête, en passant de mépris à respect (façon drémora quoi), et également penser à rendre les affrontements contre Reive de plus en plus difficiles ou spectaculaires, pour appuyer l'intérêt croissant de Boéthia pour nos prouesses guerrières.
Ca me semble en effet un développement naturel.
Au départ, j'avais pensé Reive comme le Baron de Bouge-Ainsi personnel du Nérévarine, le type qui allait réellement lui apprendre ce que c'est que de se battre lame en main (d'où également un accent mis sur les leçons). Un développement avant tout ésotérique lié à la Voie du Guerrier (parfait si vous jouez un Rougegarde rédoran au passage). Mais on peut axer les séances vers quelque chose de plus récompensatoire pour le PJ : on commence avec n'importe quelle arme et au bout d'un moment Reive veut nous voir en action avec Lamedor (quand on a un public pour frimer par exemple). On se tape dessus et le Drémora stoppe en expliquant qu'on se sert du cadeau de son maître n'importe comment et que c'en est insultant. Du coup deuxième phase de l'entraînement : se battre avec Lamedor pour "débloquer" ses pouvoirs.
On peut aussi mettre en place un Tournoi des Dix sang comme dans Obli', même si ça fait double emploi avec la Traque sauvage d'Hircine, avec à la clé un autre artefact du Prince.
Quand bien même c'est un drémora stylé avec une skin unique (mais je vous préviens je ne sais pas faire ça)
Pas de soucis, on prendra un Drémora classique qu'on pimpera et auquel on mettre ce casque (qui renvoie à Boéthia) :
 

Dallara

Membre
Messages
36
Je suis bien fan du premier acte mais effectivement le deuxième à un petit côté redondant sur la fin (même si je suis fan de l'idée de l'entrainement actif) peut-être des actions à faire pour "gagner" ces séance d'entrainements? On pourrait aussi faire que le fait de verser son sang à un prix. Histoire de mettre un peu plus d'implication du PJ?
Un mixte des deux? Verser son sang pour faire un entrainement ce qui nous affaibli et les rends plus délicats?
Je ne suis pas très bon en écriture et je connais très peu voir pas du tout le monde des deadras...
Sinon, toujours dispo pour les création des niveau et des modèles.
 

Svartalfar

Membre
Messages
152
Mériter ses séances est une bonne idée, et l'handicap pourrait être un bon moyen de pimenter à partir des "leçons intermédiaires". Au niveau des conditions, on peut déjà avoir Lamedor ou un autre artefact (Châtiment arrive en n°2), ça me semble adéquat pour restreindre leur fréquence (on ne va pas affronter Reive avec la dague de fer du début). Ensuite, on peut effectivement donner un petit caractère capricieux à Reive, qui profiterait de son séjour ici-bas. On peut ajouter des bonus intéressants aussi, comme des sorts d'armes liées qui durent plus longtemps ou ont des buffs plus puissants, même si ça contredirait un peu l'idée de la formation.

Mais le souci va être de trouver des tâches intéressantes à faire faire au Nérévarine pour justifier les séances. Aller tuer X ou retrouver l'objet Y va vite être limité. A la rigueur, on peut proposer ces tâches sous formes d'énigmes. Genre Reive dit qu'il veut du sang cuit d'un être léthargique qui atteint chaque année sa maturité, et on doit comprendre qu'il veut boire du cognac.

On peut aussi coupler ça à un tour de cochon : chaque épreuve qu'il nous fait faire servira à préparer l'épreuve finale, comme par exemple un Homoncule qu'il aura créé avec nos trophées et qui sera notre super boss d'adversaire (en plus de lui).
 

Dallara

Membre
Messages
36
Pour les tâches faire les demandes sous forme d'énigmes est vraiment sympa. un peu de réflexion dans ce monde de brutes. pour le type de tache on pourrais aussi rajouter poser l'objet x à l'endroit y le tout avec énigmes.

et l'idée de L'Homoncule fait rêver j'avoue. une espèce de chimère :fargoth:
 
Haut