Lore Nocturne, le Grand Mystère

Svartalfar

Membre
Messages
133
Nocturne est la Princesse daedroth du mystère, du vol et des sorcières. Elle est la Reine de la Nuit, et la sainte patronne de la guilde des Voleurs, aspect auto-proclamé du Vide originel. Mais au delà de ça, Nocturne n'a qu'un rôle bien mineur sur Nirn. Comme Peryite ou Namira (dont il faut lire la fiche pour avoir la suite des explications), c'est en Oblivion que son rôle est le plus important.
Nocturne est pour les Daedra Ur-dra, et ce nom seul mériterait un paragraphe. Je dois à ce titre rappeler les précautions d'usage : Nocturne et ses collègues Namira et Peryite sont de gros morceaux de lore encore mal connus, dont la plupart des informations les concernant restent à l'état de spéculations. Pourtant, impossible de ne pas se les farcir si on veut les comprendre. Alors munissez vous de votre galette de mil au sucrelune et d'une bouteille d'aspirine, et on est parti !

La nature de Nocturne
Ur-dra donc, symbolise la nuit chez beaucoup de monde. Pourtant, elle est absente de la mythologie khajiiti, à l'instar de Vaermina, très axée sur les daedra (et sur le vol). Contrairement à la Tisserande cependant, il est fait mention d'une nuit, la Grande Nuit, rejetée au delà des lunes par Fadomaï et le Treillis lunaire.
Padomay, ou Fadomaï chez les Khajiit symbolise les "Ténèbres", et les Daedra sont alignés sur lui. Pourtant, Fadomaï donne naissance "dans la Grande Nuit". Celle-ci est donc une entité séparée de Padomay. Qu'est-ce qui distinguerait les deux, sur le plan mystique (alors que les étoiles et les lunes ne sont pas encore créées) ? La question se pose, surtout qu'un des plans de Nocturne, Ombre périlleuse, est constamment plongé dans les ténèbres.

Sens de l'Ur-Dra
Ce paragraphe est hautement spéculatif et un poil digressif, mais la théorie qu'il développe fait sens. Accrochez-vous bien.
Le -dra fait référence au suffixe elnofex (langue primordiale de la Création ou son équivalent le plus proche), que l'on retrouve dans aedra et daedra. AE signifie "Je suis", et DAE "Je ne suis pas" (I AM/ I AM NOT), dra désigne donc un concept suffisamment précis pour représenter quelque chose (un mortel, un dieu, une chaussette, le Moi, etc), mais dont on ignore le sens. Celui d'Ur est tout aussi inconnu, mais on peut s’hasarder à quelques hypothèses. On retrouve la particule Ur chez une autre entité très connue : Dagoth Ur. Or, celui-ci ne prend ce nom qu'une fois ressuscité par le Coeur de Lorkhan (il s'appelait auparavant Dagoth Voryn). Le plan de Dagoth Ur est souvent compris par lui unifiant les Dunmers sous son emprise ou dit plus simplement, devenir la Conscience, l'esprit des Dunmers. Une forme de misanthropie particulièrement poussée puisqu'il nierait l'existence de tout autre esprit que le sien. C'est là que cela devient intéressant.
Les Sermons de Vivec enseignent en effet que le Néant ne désire qu'une chose, lui-même, c'est à dire rien, chose très bien illustrée dans Sithis. Or, il est communément admis qu'aux origines, en dehors d'Anu et de Padomay, il n'existait rien. Ce rien, c'est la Grande Nuit des Khajiits. Mais la Grande Nuit, à force d'observer Anhurr et Fadomaï faire des cochonneries dans leur litière, prend conscience d'elle-même. Cette prise de conscience face à la Création (et notamment celle de Lorkhan) provoque quelque chose : puisque le Néant prend conscience qu'Il existe, il devient Quelque chose, et cesse-donc d'exister en tant que tel. De ce paradoxe émergent trois concepts nouveaux : Sithis, Namira, et Nocturne, qui reprend le terme d'Ur-dra. Selon cette optique, Ur pourrait désigner le concept d'unicité. Urdra serait donc à opposer à aedra et daedra (Ur = ONLY). Nocturne représente donc bien ce qu'elle prétend être, l'égoïsme du Néant, un écho partiel et amoindri du Vide primordial. Même pas son plus grand fragment, mais celui qui symbolise ce qu'elle était jadis, et une partie ce qu'elle est aujourd'hui : un égocentrisme fracturé, constellé d'individualisme.

Nocturne et ses quêtes aux mortels
Nocturne confie très peu de quêtes aux mortels, et celles-ci visent avant tout à récupérer ce qu'on lui a dérobé. Les actes de ses agents sur Nirn, la guilde des Voleurs (quand celle-ci se comporte comme il faut), semblent suffire à son bonheur. Et même quand elle est contente d'eux, elle ne fait que leur "accorder sa chance". Elle a cependant la réputation de soutenir par moment des groupes de fidèles, leur accordant la jouissance d'artefacts.

Nocturne pour le mod
En 3E 427 se trouve en Vvardenfell deux des artefacts de Nocturne : la clé squelette et l'Arc des ombres. Ne pouvant faire intervenir les deux autres, autant se contenter d'eux. L'Arc des ombres est le seul qui n'est lié à aucune quête mais à Gorys le Roi des Ver (dont je parle brièvement ici). On peut rebondir sur son histoire personnelle via le PNJ Bakarak, qui reste à créer.
Mais Nocturne a en réalité peu d'intérêt si on n'est pas un voleur en tout cas, pas elle-même. Une quête qui brode autour d'elle serait plus intéressante. Aider un érudit qui veut se rendre chez elle, élucider un mystère (elle en est la reine, je le rappelle), conduire un rituel avec des mabrigash le jour de son invocation, châtier un magicien qui s'est trop murgé le 8 âtrefeu ou lever la malédiction qu'elle lui a infligé à cette occasion, etc. Nocturne n'a pas besoin d'intervenir, le mystère doit rester entier.
 

Nérévar42

Membre
Messages
519
C'est super intéressant, le fait qu'un ur-dra soit un être qui se voit exister seul. Est-ce que le Numidium n'en serait pas carrément un, alors ? À moins que ce dernier ne se perçoive pas lui-même comme vivant, ce qui en fait juste une machine. Dagoth-Ur serait le Dagoth seul, l'unique, celui qui sera quand les autres cesseront d'exister par la force de sa volonté, c'est terriblement stylé ! Ce n'est pas pour rien qu'il dit mépriser les Aedras comme les Daedras à la fin de la quête principale : il se pense supérieur à eux sur les plans de force et de conscience. Alors que tout son pouvoir lui a été accordé par la fraction la plus éphémère, changeante et scénaristique de la Création première, à savoir Lorkhan. Ça en serait presque risible pour des êtres comme les Dwemers ou les Daedras qui savent très bien qu'ils sont prisonniers d'un univers qu'ils considèrent comme fantôme et que s'acharner à le modifier ne sert à rien : pour eux, il s'agit de l'oublier et de transiter à un autre état de conscience (tiens d'ailleurs les Psijiques font ça aussi).

Je pensais que les Daedras étaient des êtres (des dras, donc), qui avaient compris qu'ils n'étaient pas (dae) parce qu'ils n'étaient que les prisonniers d'un Rêve dominé par une Conscience suprême ou collective, tu me diras si je me trompe. Et que les Daedras les plus puissants avaient donc essayé de rêver eux-mêmes, chacun de leur côté, créant l'Oblivion, des fractions d'existence ou ils seraient maîtres de leur destin et où le déterminisme scénaristique (ou celui du Dieu-Tête, pour parler plus lore-brouillard) n'aurait pas d'effet sur eux. Bien entendu, c'est un lamentable échec, et ça a dû en vexer plus d'un.

Mais ce que je vois ici c'est que quelques Daedras pas forcément plus puissants que les autres, mais plus conscients, ont pris la décision d'exister seuls, de reprendre le contrôle d'eux-mêmes par l'anéantissement de toute forme de conscience (pas un anéantissement matériel, plus une influence peut-être). Voilà qui remet considérablement en question l'implantation de Nocturne dans le monde des mortels. Pourquoi se fatiguerait-elle à faire des caprices et à se montrer si son but est de faire disparaître le monde à force de penser, dans les ténèbres, qu'il n'existe pas ?

EDIT : Pour le mod ! Je pense que Nocturne dans Skyrim ne correspond pas du tout à tout ce que l'on vient de voir ici. Elle se montre, elle se fâche, elle exige des âmes et des serments, elle maudit et agit. Certes, elle l'avait un peu fait dans Oblivion, mais de façon très discrète et sereine. Quand un mortel lui pique un truc, elle le récupère et puis point barre, ce ne sont pas des jouets pour ceux qui ne savent pas s'en servir. Comment faire alors ? L'idée, je pense, viendra plus au travers des cultistes qu'au travers de la Daedra elle-même. Le problème viendra peut-être de disparitions inexpliquées, pour rester dans la sphère de volonté de Nocturne : vols, kidnappings, voire absence de meubles ou de maisons entières. Là, on peut effectivement partir sur une enquête, quelque chose de mystérieux, ça correspond totalement à sa personnalité. Pour se rendre compte que des adeptes de Nocturne "volent" des fragments d'existence pour les renvoyer au Néant, grâce à un artefact lié à leur maîtresse (oui faudra en inventer un parce que je suis pas sûr que le Capuchon, l'Arc des Ombres ou la Clé Squelette puissent remplir ce rôle). Avantage ici : ça n'aurait virtuellement aucun sens d'aider des gens pareils donc il n'y aura qu'une seule issue possible. :)
 
Dernière édition:
Haut