Lore Namira, l'hypostase de la Grande Nuit

Svartalfar

Membre
Messages
140
Namira, Dame de la Putréfaction, princesse pour les esprits étriqués des mortels du pourrissement et des trucs moches et pas joyeux (dont le cannibalisme sans cuisson et sans aromates). Et pourtant, à l'instar de Peryite, elle est beaucoup plus. Namira fait parti de ces Princes dont l'action est mineure sur Nirn, mais d'une importance incroyable en Oblivion. Elle est l'ancienne obscurité, la Grande Nuit des Khajiits, rôle qu'elle partage avec Nocturne. Ces trois princes sont de gros morceaux de lore encore mal connus, dont la plupart des informations les concernant restent à l'état de spéculations. Pourtant, impossible de ne pas se les farcir si on veut les comprendre. Alors munissez vous de votre fondue au bleu de Balmora et d'une bouteille d'aspirine, et on est parti !

Nocturne et Namira
Ces deux princesses se ressemblent fortement. Ur-dra serait un aspect du Vide originel, et l'Esprit Daedra se présente comme la seigneur des ténèbres et des esprits des ombres. Toutes deux revendiquent les ténèbres, la nuit et la noirceur jusque dans les noms de leurs plans. Cette ressemblance est totalement justifiée : ces deux entités partagent en réalité la même origine.

Namiira et Namira
Les Khajiits, ces adorables/odieux (rayez la mention inutile) petits chatons chaotiques, sont ceux qui nous en apprennent le plus sur elle. Namiira est le nom que s'est donnée la Grande Nuit après avoir observé la naissance de Lorkhaj. La Grande Nuit est le Vide originel, nature que revendique Nocturne, le Rien présent avant le Commencement, quand il n'y avait qu'Anhurr et Fadomai. Sithis nous apprend la volonté de cette Grande Nuit : tout faire revenir au Néant. C'est la philosophie des daedra : DAE "Je ne suis pas" (I AM NOT), dans le sens où l'AE "Je suis" est un acte d'égocentrisme, d'individualisme. Je suis, j'ai le droit d'exister hors du Néant. Le DAE daedrique est la dissolution dans le Vide, la vacuité de l'existence opposée à la vanité de l'affirmation de soi. Et Namira est l'Esprit daedra, la plus brillante affirmation de cette philosophie. La décomposition, le pourrissement, ne sont que son illustration la plus simpliste sur le plan Matériel, une dissolution dont le but n'est qu'un recyclage dont Peryite pourrait avoir le secret. Elle partage d'ailleurs avec lui un contrôle sur les maladies. Le champ de prédilection de l'un nourrit celui de l'autre...
Nami(i)ra est dont LA Nuit avec un nom... La belle affaire me direz-vous. Cependant il s'agit là d'une affaire d'importance, car nommer, c'est séparer, nommer, c'est restreindre. "Le secret du langage est le suivant : il est statique." disait Vivec. Or chez lui, ce qui est statique meurt. Et ce qui est mort est un silence privé de référence. Namiira, n'est donc pas la Grande Nuit, mais un écho déformé, réduit à une forme moindre, une entité qui s'est détruite elle-même. C'est le sens même de son royaume, le Scuttling Void. To scuttle en anglais signifie "saborder". Le "Vide qui se saborde", comme Namiira l'a fait en prenant conscience d'elle-même. Par ce bref contact avec AE, la Grande Nuit cesse d'exister, par sa seule faute. Elle est donc la représentation d'un Vide en déliquescence, du moment de ce délitement qu'a provoqué sa soudaine réalisation. Un Vide qui se brise.

Namira et Nirn
Mais si Namiira est une forme moindre, elle n'est pas sans pouvoir ni sans influence. Car en tant que Grande Nuit adaptée au plan de Lorkhaj, elle soutient son protégé. Une des théories en vigueur est qu'elle est liée aux Dro-mathra (au sujet desquels on a une passionnante discussion ici, je vous encourage à aller y jeter un oeil, on parle aussi de Namiira), et au dix-neuf Vides d'Oblivion (et ouais, yen n'a pas 16...), en particulier un hypothétique Vide au delà du Vide (où en est le tube d'aspirine au fait ?).
Très liée à Lorkhan, elle est aussi pour les Khajiits située de l'autre côté du Treillis lunaire. Elle peut également être une intermédiaire entre Nirn et la Grande Nuit originelle (où vit toujours Anu/Anhurr). Bref, elle a un rôle ambigu, et aussi nébuleux et profond que les ténèbres elles-même. Sur Nirn pourtant, hormis l'envoi de Dro-mathra, elle agit rarement. Ses dons aux mortels permettent d'attirer ou de dévier l'attention d'autrui (et dans la même symbolique, la magie) mais elle a toujours eu un rôle anecdotique. Elle reste cependant attachée à ses prêtres et à ses champions, puisqu'en 3E 433, elle ordonne à l'un d'entre eux de tuer des prêtres des Neuf venus convertir ses vénérateurs.

Namira pour le mod
Le Nérévarine est une superstar rapidement richissime et qui plus est immunisée aux maladies... Rien qui n'intéresse Namira. Une quête permettant de récupérer son anneau pourrait cependant être intéressante, notamment à bas niveau. A l'inverse, le Nérévarine pourrait être maudit par la Princesse, de manière à ce que tout le monde le pense malade ou repoussant, ou oublie ses mérites, ce qui forcerait le joueur à effectuer une quête pour elle, dans l'espoir qu'elle lève le mauvais sort. On pourrait faire plus simple, et demander au Nérévarine d'arrêter un groupe de sacrificateurs d'enfants mais... le jeu de base n'a pas d'enfants à proposer. On peut partir du petit démon accroché aux jupes de la princesse dans Oblivion, et faire enquêter le PJ sur l'apparition de daedra mystérieux.
Une autre approche, assez pertinente à mon goût, serait de ne s'occuper que des aspects nirniens de Namira : décomposition, maladie, trucs dégueu. Par exemple, le cadavre d'une grosse créature marine se serait échoué sur les côtes nord de Vvardenfell (les Shéogorad) ou de Solstheim. Les locaux (clans cendrais paria, pêcheurs, contrebandiers, telvannis hors-la-loi) aimeraient bien s'en débarrasser parce que la carcasse en putréfaction daube à mort et pire, attire Dreughs crabes et braillards/mouettes, mais en sont empêchés par un groupe d'adorateurs qui leur demande de laisser faire la nature et de profiter du spectacle.
 
Dernière édition:

Nérévar42

Membre
Messages
566
Je retiens surtout de toutes ces délicieuses divagations, que Namira s'est auto-gwakée en imaginant pouvoir être le Néant, ce qui n'a aucun sens, même moi je le sais. Nocturne se voit plus comme une mandatrice, j'imagine, une messagère du Rien ayant pour objectif, tout en ayant conscience de sa propre existence, d'amenuiser les consciences des autres. Mais alors Namira, c'est un peu l'autiste de la fratrie visiblement, parce qu'elle s'attache à tout ce qui détruit le vivant et le corrompt, mais elle se considère comme non vivante dans un univers manifestement lié à sa propre pensée. Même son plan d'Oblivion c'est la giga honte, puisque c'est juste un Vide qui marche pas parce qu'il ne peut pas être vide et être à la fois.

C'est presque un personnage tragique, en fait, elle s'auto-saborde comme Barbe-Rouge dans Astérix à chaque fois qu'elle voit un gaulois (ici, le gaulois sera n'importe quel truc ayant l'air trop vivant et joyeux, cf sa décision cruelle de pourrir les nécropoles de Bordeciel : c'est trop joyeux et vivant de conserver les souvenirs de ce qui n'est plus, faut qu'on oublie et que tout disparaisse). Elle s'acharne à prendre des décisions et à penser à détruire dans un monde qui n'attend que d'être façonné. Nocturne, elle, reste cachée, elle sait qu'elle est mais s'efforce de ne pas être pour oublier. Peut-être même que Nocturne cherche à se détruire elle-même, ce qui serait une manière de se libérer du Rêve. Dans tous les cas, Namira, elle, n'y arrive pas.

EDIT : Pour le mod ! On constate que Namira s'attache aux minables, afin de mieux les regarder dépérir physiquement et psychologiquement (il y a qu'à voir comme ses adeptes sont pitoyables dans Oblivion, et fêlés du bocal dans Skyrim). Il serait donc essentiel de faire d'une ville minable, d'un lieu misérable, des bas-fonds de la société, une source possible de chair fraîche pour les adeptes, et une occasion pour Namira de pousser des mortels purulents à s'entretuer. C'est intéressant dans le sens où ça ressemble un peu à ce que font les rêveurs tant qu'ils sont éveillés. Je prends donc le parti d'installer un groupe d'adeptes aux alentours, voire au coeur d'un des villages de pêcheurs pauvres de l'Ouest de la Côte de Mélancolie. Inutile de vous dire qu'on retrouvera rapidement quelqu'un mort et sucé jusqu'aux os dans une cabane sordide. Ni une ni deux, la Grande Maison responsable de ces villages (Hlaalu je crois) charge le PJ de trouver l'assassin répugnant. Ce dernier (qui pourrait détenir l'anneau) se cache dans une grotte vaseuse, vivant tel un Gollum risible dans ses propres restes de repas cannibales (tout ce qui plaît à Namira en somme, elle prend du plaisir à voir ce genre de pauvres hères péter les plombs). Sur la route, on peut mettre d'autres adeptes, ou des créatures daedriques, voire une proposition directe de Namira au PJ, qui aura le choix entre ignorer la Daedra et tuer Gollum, ou lui laisser la vie sauve et servir Namira en déchiquetant tout ce à quoi tient le dirigeant hlaalu du village. Bon, je pense savoir ce que les joueurs vont décider de faire, mais bon. Dans les deux cas, l'anneau est à portée de main, mais il n'aura peut-être pas la même nature ni la même fonction.
 
Dernière édition:

Svartalfar

Membre
Messages
140
Une idée me vient. Il existe dans l'univers des Dunmers une entité appelée "guilde des Balayeurs", qui officie à Vivec et a pour tâche de balayer les cendres du Mont Ecarlate hors des rues. C'est une guilde parfaite pour cacher un culte secret de Namira. En plus, Vivec est la seule cité à bénéficier d'égouts (et a déjà deux sanctuaires daedriques officieux).
 

Nérévar42

Membre
Messages
566
La Guilde des Balayeurs ? Jamais entendu parler. Surtout qu'il ne doit pas y avoir des masses de cendres à balayer à Vivec, vu que même les Impériaux de Coeurébène, étrangers au nettoyage de cendres, ont une ville immaculée.

Mais l'idée est intéressante. Pour le coup, je la localiserais plutôt à Molag Mar, forteresse bien flippante caffie de pèlerins, d'Exaltés et d'Ordonnateurs mais aussi assez mystérieuse et prompte à cacher des choses pas nettes sous son aspect très Indoril innocent (surtout que les membres du Temple de Molag Mar sont en permanence en train de protéger les chemins de pèlerinage en faisant la chasse à des bestioles toutes plus daedriques les unes que les autres).
 

Svartalfar

Membre
Messages
140
Ses membres se spécialisent dans l'entretien des allées de Vivec et notamment dans le nettoyage des cendres accumulées. Un bon moyen de se faire de l'argent après une chute de cendres.
Traduction de je ne sais plus quelle source. En gros, il s'agit d'un devoir civique rémunéré par la cité. Une corporation de métier comme les tanneurs, potiers, etc. Un bon moyen pour donner un peu de sous aux pauvres. Et comme en Vvardenfell les corporations sont étroitement surveillées par le Temple, on peut placer une prêtresse à sa tête, prêtresse qui serait en réalité une vénératrice de Namira (depuis le début ou parce que mise au rebut à cette tâche).

Molag Mar ça ne collerait pas : c'est une forteresse militaire. Il y a une garnison rédorane, les Exaltés, le Temple... et c'est trop petit. Les agissements étranges d'une guilde aurait du mal à passer inaperçu. Surtout que la cendre là, elle se dépose non-stop. ^^

Edit : retrouvé la source
Because of the volcano and all its ash, do your dwellings and villages have to be constructed any differently?
Like I said, sir, we mastered the sloped-roof hut a long time ago. And the craftsmen have perfected the resin mesh for windows and such. Got bull netch tarps for when they're expectin a real big fall-- drape those on your dome for the night and jest pull it all down in the morning or the next day. Big cities, like Vivec, they have the Sweeps, a guild of broom-handlers who make good money cleaning up after the ash. Still, I'm no expert on Dunmeri architecture, though I studied it in Temple. The priests would tell you all the pointy roofs or slanted walls come from working in responsible religious themes (like the Triangle, see) rather than, um, ecological necessity. What was the question again?
 
Dernière édition:
Haut